ENCRES DE CHINES ET PIGMENTS                         ///                   PAULE RICHÉ

« Qu’est ce que c’est ? c’est précisément cette question préliminaire qui vous procure devant un tableau la première de vos jouissances. Il faut chercher, trouver : et la fantaisie en mouvement, n’est ce pas ce qu’il y a de plus agréable ? ».

Du hasard dans la production artistique . Auguste Strindberg ed : l’échoppe



VERNISSAGE LE VENDREDI 26 AVRIL  DE 18h30  > 21h

EXPOSITION  DU 26 AVRIL AU 16 JUIN 2019


avec notre partenaire Terres d'écritures


Encre de Chine et pigments sur papier de Chine marouflé,encollé sur dibond

Le parcours artistique de Paule Riché , artiste peintre est traversé par de nombreuses expériences.

Née en 1963 à Paris, dès sa plus jeune enfance elle découvre de nombreux pays dans lesquels elle séjourne plus ou moins longtemps : Canada, États Unis, Algérie, Mexique, Angleterre, Italie...

Ces expériences à travers le monde lui ont donné le goût de la découverte et de l’art, forgeant ainsi le début de sa passion pour la création dans toute sa diversité.


Plus tard elle étudie à Paris. Après une licence d’histoire de l’art, c’est son professeur de dessin des cours du soir de la ville de Paris qui l’encourage à présenter le concours de l’École Nationale Supérieure

des Beaux Arts de Paris . Et malgré les doutes et les questionnements permanents qui l’habitent, elle y étudie pendant 5 ans le dessin, le modelage, la sculpture, la peinture, le vitrail. Elle obtient le diplôme National supérieur des Beaux Arts de Paris en juin 1990.

Elle parachève ses études par une année à Orme, séjour déterminant dans ses choix artistiques et ses choix de vie.


Depuis, Paule Riché montre ses encres dans toute la France et au delà des frontières (Allemagne, Italie, Japon). Elle participe à de nombreuses expositions individuelles et collectives dans des musées, des galeries, des centres d’arts, des espaces publics et des projets associatifs…


Sortir de l’atelier fait partie de cette recherche permanente du peintre, et c’est aussi les nombreuses résidences d’artistes qu’elle fait qui sont un extraordinaire et stimulant moyen d’enrichir sa peinture.


Se confronter en tant qu’artiste d’aujourd’hui au monde du Moyen Âge dans des abbayes romanes, à la technologie d’une scierie du XIXe siècle, à l’univers ouvrier d’anciennes mines de charbon, au monde des arts décoratifs à Paris à travers une proposition de Pierre Frey, à la science en lien avec la botanique des Hautes Alpes, à la musique baroque dans un projet autour du geste « le pinceau et l’archet» avec un violoncelliste…sont des défis que Paule Riché aime relever.

Répondre à un appel… voilà sans doute la formule qui résume sa démarche, cette ouverture sur le monde, sur les mondes alentour.

En ce moment ses projets sont orientés sur la fragilité de nos écosystèmes. A travers ses méditations visuelles (méditations sur l’univers, méditations sur l’eau, Ro-Tondo...), elle nous offre un hymne à la terre, à sa beauté, à sa vulnérabilité; une interrogation sur l’avenir de notre planète, qui rappelle l’importance de l’acte artistique comme prise de conscience des enjeux du monde qui nous entoure.



Ce mouvement dans l’oeuvre, réel ou imaginaire, provoqué ou constaté, est le fruit d’un dialogue que j’entretiens avec la matière.


L’encre et le papier ont une complicité qui m’échappe parfois.


Chaque proposition graphique du pinceau est reçue, comme « discutée » par la matière qui « répond » d’une certaine manière.


Là peut se trouver la surprise, l’inattendu, et le dialogue prend tournure, se déploie.


Les propositions se succèdent en un répertoire de formes infinies et c’est toujours l’oeil de l’artiste qui infléchit dans un sens ou dans l’autre, qui retient ou qui élague.


Cette relation dialectique est pour moi une métaphore de la présence de l’homme au sein de la nature, de cet équilibre qui se crée, de cette instabilité omniprésente, de ces tensions qu’il faut résoudre.


On n’agit pas impunément sur la matière, elle peut se révolter ou s’amadouer, mais toujours ce sera dans un va et vient, un dialogue intemporel, que rejoue encore et depuis toujours l’artiste.


Se glisser dans l’abstraction comme dans un paysage ; faire cohabiter un univers où règne à la fois l’ordre et le désordre, le chaos et la précision, le sauvage et le domestiqué me pose, à travers ces contradictions dépassées, la question de la sobriété, de l’indispensable, de l’essentiel.


Travailler avec la nature et non d’après, faire abstraction par la nature et non de la nature : une invitation à méditer sur notre environnement, sur la vulnérabilité de nos écosystèmes et sur notre place en tant qu’humain .

Paule Riché -exposition encre de chine -tableau peinture - galerie craft espace - 2019
Paule Riché -exposition peinture encre de chine - galerie craft espace - Dieulefit - 2019
Paule Riché -exposition encre de chine -tableau peinture - galerie craft espace - 2019